Pouvez-vous nous présenter l’association des motion designers français en quelques mots ?

Cette association a pour objectif de promouvoir, référencer et organiser des évènements autour du métier de motion designer en France.

 

Comment est née l’idée du festival ?

Elle est née, il y a bientôt 4 ans, d’une nécessité d’exposer publiquement ce qu’est le motion design. Si ce n’est pas nous qui l’avions fait, c’était une question de mois avant que quelqu’un d’autre ne le fasse.
Aujourd’hui il y a du motion design partout : à la télé, au ciné et bien sûr sur le web et pourtant on me demande, tous les jours, d’expliquer mon métier.
Lorsque je me suis installé à Nantes, j’ai commencé à en parler avec d’autres passionnés, comme Clément Perron, Emmanuelle Corson, Vincent Ben Abdellah, Sébastien Girard, Julien Brugière. On a créé l’association et c’était lancé.

 

Pourquoi avoir choisi Nantes pour la première édition ?

Nantes est, pour moi, une future capitale européenne des métiers de la création et du numérique (n’ayons pas peur des mots). Suite à plusieurs échanges avec Nantes Saint Nazaire développement et le quartier de la création, c’est devenu une évidence.

 

Comment voyez-vous l’avenir du festival ?

Le but est de faire de ce festival un futur grand évènement annuel en France. Un rendez-vous grand public qui met en lumière le motion design. Je rêve que dans 5 ans je n’ai plus besoin de l’expliquer :p